retour
ct6qujpwgaaahxq

Mardi 4 Octobre, LinkUp Santé organisait un petit déjeuner sur l’influence des professionnels de santé en matière de nutrition.

Recevant plusieurs millions de patients chaque jour, et étant de plus en plus questionnés sur ou abordant eux-mêmes spontanément des questions liées à la nutrition, les professionnels de santé peuvent avoir une influence considérable sur la question. Paradoxe : leur formation initiale en la matière est réduite à la portion congrue.

Comment, dès lors, obtenir leur neutralité bienveillante, ou s’appuyer sur leur expertise scientifique pour briser certaines idées fausses (gluten, huit de palme, etc.) qui angoissent tant les patients ?

Pour répondre à ces questions, étaient présents :

  • Le Dr Thierry Calvo, médecin généraliste à Courbevoie
  • Le Dr Alain Trébucq, qui dirige le groupe Global Media Santé, éditeur du site Egora.fr
  • Maxime Clément, Directeur Commercial du groupe Global Média Santé
  • Philippe Raffin, Vice-président de LinkUp Santé
  • Laetitia Sartoris, Directrice Générale Adjointe de LinkUp Santé

Le Dr Calvo a commencé par rappeler qu’un nombre très important de consultations contiennent des sujets nutrition, soit parce qu’il souhaite spontanément aborder le sujet en liaison avec un pathologie de son patient, soit parce que c’est celui-ci qui l’interpelle sur une question liée à l’alimentation/nutrition.

Après une mise a jour des données concernant l’univers des professionnels de santé présentée par le Dr Alain Trebucq, le témoignage du Dr Calvo a été corroboré par  les chiffres d’un sondage express mené par Egora auprès des 200 abonnés (médecins généralistes) et présentés par Maxime Clément* :

  • 60% d’entre eux déclarent que leur patients les interrogent davantage sur les questions nutritionnelles depuis quelques années
  • Parmi les pathologies qui justifient d’aborder ces questions, le surpoids arrive en tête avec 86%, suivi du diabète (74%), de l’hypercholestérolémie (63%) et des pathologies digestives (47%). A noter le chiffre de la prévention qui est loin d’être ridicule avec 51%
  • Les principales difficultés rencontrés par les répondants, le manque de support d’information pour les patients émerge clairement (65%), de même que l’inadaptation de ceux qui existent aux réels problèmes de patients (68%).
  • Les sources d’information sur la nutrition dont bénéficient les médecins sont le web professionnel (66%) ou la presse professionnelle papier (50%), loin devant les brochures des industriels (24%)

On voit donc clairement un potentiel largement sous-exploité par des acteurs de l’agro-alimentaire

medical-563427__180

Après avoir brossé un tableau mettant clairement en avant une défiance montante des consommateurs vis-à-vis des marques de l’agro-alimentaire, Laetitia Sartoris a présenté des exemples concrets de stratégies de dialogue avec les professionnels de santé. Parmi ceux-ci :

  • Nestlé, avec l’objectif de devenir le facilitateur de l’éducation nutritionnelle,
  • Lesieur, avec celui d’être le déclencheur de la prise de conscience autour de la nécessité de supplémentation en vitamine D,
  • L’Alliance Française pour une Huile de Palme Durable, avec celui de « déminer » un sujet devenu à tort un « sujet santé » extrêmement anxiogène.

 

*Pour connaitre l’intégralité des résultats du sondage sur les abonnés d’Egora, suivez ce lien : Sondage Egora